Management international

Responsable : Karim MEDJAD

K. MEDJAD

Master « développement international des entreprises »

Cette formation, dispensée dans le cadre d’un diplôme délivré à titre professionnel, est programmée sur une durée de deux semestres universitaires en M1 et deux semestres universitaires en M2, sachant que les auditeurs qui le souhaitent ont la faculté d’aménager à la carte cette formation sur une durée plus longue en fonction de leurs contraintes professionnelles.

Le parcours M1 de la mention comporte un ensemble de fondamentaux d’environ 440 heures destiné à renforcer et à structurer les savoirs, les méthodes et les compétences managériales.

En M2, le volume global d’enseignement est d’environ 400 heures. Les unités d’enseignement (UE) sont déclinées dans le format des 60 ECTS correspondant à l’année M2 du master. Les unités d’enseignements sont capitalisables et la validation de toute UE confère au candidat le nombre de crédits ECTS correspondants.

La formation intègre un mémoire de master à la fin du M2. La réalisation du mémoire correspond à 16 crédits ECTS repartis entre d’une part, des conférences de méthodologie (6 crédits ECTS) et d’autre part, la rédaction du projet de fin d’études et sa soutenance devant un jury (10 crédits ECTS).

Afin de prendre en compte l’expérience et l’expertise professionnelle des candidats, le CNAM intègre systématiquement la validation des acquis dans la gestion des formations.


Une formation répondant à des enjeux précis

La mondialisation économique et ses implications pratiques sont au cœur de ce master. Les enseignements qui y sont dispensés permettent d’agir à l’international à partir d’une meilleure appréhension de ses nouvelles dimensions, notamment l’importance croissante de la relation triangulaire État-entreprise-société civile. Le monde des affaires se doit ainsi de mieux maîtriser les réalités géopolitiques et institutionnelles, et les organisations publiques d’appréhender le marché et sa logique. Quant aux ONG, leur avenir dépend en grande partie de leur capacité à inscrire simultanément leur action dans ces deux univers. Et toutes ces parties prenantes doivent faire face à des contraintes normatives toujours plus fortes.

Le master Développement international des entreprises répond à ces évolutions en proposant :

  •     Un socle commun de compétences ;
  •     Une variété d’électifs permettant à chacun d’approfondir ou d’élargir son profil d’origine ; des électifs « fléchés » permettent aux personnes qui le souhaitent d’accoler à la mention du diplôme un intitulé de parcours : « Entreprise et mondialisation » ou « Relations internationales ».

Une pédagogie adaptée

La finalité du master 2 étant résolument pratique, une place prépondérante est accordée aux retours d’expérience des professionnels et aux études de cas. Il en résulte une pédagogie contrastée, alternant mises en perspective et approches opérationnelles. En particulier, les aspects les plus techniques (financiers, juridiques, gestion du risque, planification stratégique, etc.) y sont traités à partir de l’approche « terrain » qui fait le succès de ce master depuis sa création.

Les contenus des enseignements sont validés par un conseil pédagogique composé d’enseignants et de praticiens.
 

Un parcours original

Il n’existe pas de programme similaire combinant à la fois une conception pluridisciplinaire de l’international, une approche terrain du développement international des organisations et une lecture critique des outils du management qui y sont traditionnellement associés.

Ce Master associe dans sa conception :

  •     Une lecture prospective de la mondialisation et des mutations qui en découlent (géopolitiques, informationnelles, conjoncturelles) ;
  •     Une approche technique du développement international des organisations (stratégies internationales des opérateurs et techniques opérationnelles).

Cette démarche se différencie des masters plus fortement spécialisés qui sont proposés par les écoles de commerce et certaines universités. Le choix d’un spectre de formation élargi correspond aux attentes et aux besoins d’auditeurs possédant une expérience professionnelle et cherchant à approfondir leurs compétences et à consolider leurs pratiques autour d’axes méthodologiques structurants.
 

Compétences

Les enseignements préparent les auditeurs à :

  •     Utiliser les outils d’analyse et de diagnostic stratégique proposés dans le cadre de l'exploitation de situations réelles ;
  •     Participer de façon active à la définition et à la mise en œuvre d’une stratégie internationale ;
  •     Développer une lecture critique des outils qui leurs sont enseignés, afin de s’extraire d’une approche purement opérationnelle ;
  •     Anticiper les mutations à venir et penser les organisations « du coup d’après ».

Débouchés

  •     Fonctions de direction opérationnelle dans le secteur privé (relations internationales, partenariats, export…) ;
  •     Fonctions de direction régionale ou sectorielle dans des institutions internationales ;
  •     Dirigeant de PME-PMI ou de Business Unit ;
  •     Consultant (stratégie, RSE, Supply Chain...) ;
  •     Responsable d’ONG.

Publics visés

Cette formation s’adresse à des candidats expérimentés, notamment :

  •         Son public « historique » : cadres du secteur privé (export, partenariats, Business Development…) et ingénieurs souhaitant acquérir une double compétence ;
  •         Les entrepreneurs ;
  •         Les cadres du secteur public dont les fonctions comportent une dimension internationale ;
  •         Les représentants de la société civile, notamment des ONG internationales.

Les enseignants du master

  • Anne Berthinier-Poncet, maîtresse de conférences, Cnam
  • Hervé Colas, professeur associé, Cnam
  • Cécile Dejoux, professeure des universités, Cnam
  • Pascale De Rozario, enseignant chercheur HDR, Cnam
  • Frédérique Even-Horellou, maîtresse de conférences, Cnam
  • Nicole Gnesotto, professeure du Cnam, titulaire de la chaire Union européenne
  • Gaëtan Irrmann, Managing Partner de Belzacap Advisory, expert financier pays émergents
  • Sabine Jansen, professeure des universités, Cnam
  • Anne-Gaëlle Jolivot, maîtresse de conférences, Cnam
  • Loïk Lherbier, Partner de Yuma, expert branding et marketing
  • Karim Medjad, professeur du Cnam, titulaire de la chaire Développement international des entreprises
  • Nathalie Riond, Managing Partner de Planext, experte en stratégie internationale et prospective